Témoignages

Témoignages

CEDATRA

Prévention des TMS: des salariés référents, des entreprises performantes !

A Ruitz, CEDATRA emploie 500 personnes, dont 380 personnes en situation de handicap. Etablissement de Service et d’Aide par le Travail, CEDATRA est une entreprise à part entière, qui doit satisfaire ses clients en termes de qualité, coûts et délais, pour ses différentes activités : papeterie (fabrication d’articles de classement et d’articles pour les beauxarts), espaces verts (collectivités territoriales, entreprises ou particuliers), sous-traitances d’industries (mise en carton, thermoformage, etc.). Pour la prévention des TMS , CEDATRA a choisi de former des « salariés référents », grâce à l’accompagnement de son service de santé au travail : Action Santé Travail (AST).

Romain Verschoore est directeur de CEDATRA : « Quand la CARSAT nous a proposé d’intégrer le programme de prévention TMS PRO, nous avons immédiatement accepté. Notre choix a porté sur la formation de salariés référents, démarche proposée par l’AST ». Médecin du travail à l’AST, Fabrice Roy suit CEDATRA : « Dans notre projet de service de santé au travail, figure le programme TMS-Lombalgies, basé sur une formation-action accompagnement des entreprises ». Pour Romain Verschoore : « Ce programme permet d’impliquer l’ensemble du personnel, en liaison avec le CHSCT2. Nous nous engageons alors dans une démarche continue et pérenne ». Au sein de CEDATRA, l’encadrement repose sur une collaboration entre les moniteurs et les éducateurs techniques spécialisés.

Appréhender à la source

« L’accompagnement de l’AST nous permet d’entrer dans une dynamique positive, au sein de laquelle chacun est gagnant. Les facteurs de risques TMS sont appréhendés à la source, en amont de leurs conséquences. Le fait de monter en compétence des salariés vis à vis de la prévention des TMS nous permet d’inscrire la prévention au plus près des situations de travail, en associant les ouvriers et employés, l’encadrement, le CHSCT et la direction », nous précise Romain Verschoore « Cette formation de salarié référent a concerné deux moniteurs et deux éducateurs techniques spécialisés : elle constitue un plus dans leurs missions respectives, sans augmenter leurs charges de travail. Cela a du sens : les personnes du terrain sont les plus au courant de ce qui se passe ».

S’organiser dans la durée

« La mise en place d’un comité de pilotage permet de partager en direct les problématiques entre la direction et les salariés, sans défiance vis-à-vis de la hiérarchie. C’est la façon la plus efficace de résoudre les problèmes potentiels… très en amont ! » précise Romain Verschoore. Pour le Dr Fabrice Roy : « La notion de salarié compétent ou référent est inscrite dans la loi de 2011, relative à la médecine du travail. Nous intervenons autant pour apporter des compétences de fond sur les TMS et l’analyse de l’activité que pour faciliter les dialogues internes à l’entreprise ».

CEDATRA
Etablissement de Service et d’Aide par le Travail

500 salariés

Romain Verschoore, directeur

RUITZ

SANTE AU TRAVAIL D’ARRAS, BETHUNE, LENS (ACTION SANTE TRAVAIL)

1 – Troubles Musculo-Squelettiques.
2 – Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail, bientôt remplacé par le Comité Social Economique, en application de l’ordonnance du 22 septembre 2017 relative à la nouvelle organisation du dialogue social.

(Publié dans le N°42 : Horaires atypiques: quand la ville dort...) le 04/05/2018

esp-header

La méthode...

Action Santé Travail (AST) a réalisé pour CEDATRA (entreprise adhérente) une formation-action-accompagnement sur la prévention des TMS. Sur le deuxième semestre 2017, en 6 mois, des résultats tangibles sont acquis pour CEDATRA. Ergonome européen chez l’AST, Marie-Françoise Roy a déployé la démarche chez CEDATRA, en formant et en accompagnant quatre « salariés référents » pour la prévention des TMS.

Objectif

« Avec CEDATRA, nous nous sommes engagés dans une dynamique d’apprentissage, sur la base de savoirs réciproques », explique Marie-Françoise Roy. « Notre objectif est de réussir un transfert de compétences avec mise en pratique et suivi. Grâce à la formation-action, des “ *salariés référents* ”, choisis par l’entreprise, doivent s’approprier une méthodologie rigoureuse et être en capacité d’identifier les contraintes d’une situation de travail et les ressources pour l’améliorer ».
Le salarié référent maîtrise alors des outils lui permettant :

  • D’effectuer un recueil de données.
  • De réaliser une analyse de ces données recueillies.
  • De faire des restitutions au collectif de travail.

L’entreprise entre alors dans une dynamique lui permettant, à partir de l’expression des salariés, de réaliser des améliorations régulières des situations de travail.

Le programme de formation-action

La formation-action a comporté quatre étapes, qui associent théorie et pratique :

  • Une formation théorique sur les TMS et leurs facteurs favorisants.
  • Une formation sur l’analyse de l’activité (ex. : opérations constitutives d’une tâche et/ou d’un poste, règles individuelles et collectives, moyens disponibles, gestion des imprévus, etc.).
  • Des observations de poste de travail.
  • Des allers-retours entre la théorie (en salle) et la pratique (au poste de travail).

Marie-Françoise Roy précise : « Dans ce type de formation, l’analyse de l’activité est appropriée à la position de salarié référent, comme étant un agent facilitateur du changement dans l’entreprise sans être ergonome ». Cette formation aborde autant des notions de biomécanique (ex. gestes, rythmes de travail et posture) que des aspects organisationnels (ex. : marges de manœuvre des salariés, variabilité, gestion des imprévus et des aléas, etc.).

Déploiement chez CEDATRA : commencer par l’unité “Espaces Verts”

Au départ, deux éducateurs techniques spécialisés et un moniteur des huit équipes “Espaces Verts” ont été intégrés dans la démarche. A l’arrivée, le moniteur principal des équipes “Espaces Verts” a également été formé. Soit, au total, quatre “salariés référents”. Ce moniteur principal va sur l’ensemble des chantiers. Il s’est avéré indispensable qu’il partage la même représentation du travail que les trois premières personnes formées. La démarche étant initiée en 2016, les premières restitutions ont eu lieu dès mars 2017.

La préparation : une étape essentielle pour réussir

« C’est là que tout se joue ! », souligne Marie-Françoise Roy. « La démarche doit être admise, comprise et appropriée par tous les acteurs de l’entreprise : ouvriers ou employés, cadres, moniteurs, éducateurs techniques spécialisés, membres du CHSCT. Toute l’entreprise doit s’engager pour une action qui puisse perdurer, en s’appuyant sur les salariés référents en prévention des TMS. La qualité des dialogues et le mode participatif sont essentiels à la réussite de la démarche ». Plusieurs points doivent être partagés par chacun :

  • Les salariés référents ne sont pas ergonomes , mais compétents pour repérer les difficultés et les risques sur une situation de travail.
  • Ils font remonter les observations et les propositions, sur la base de l’expression des salariés et leurs relevés.
  • Le responsable de l’atelier doit être intégré dans la réflexion.
  • L’ensemble permet d’engager un processus d’actions accessibles pour l’entreprise et identifiées par le collectif de travail.
  • En cas de difficulté, Action Santé Travail est présent pour toute observation complémentaire, toute aide à l’analyse des données, voire toute facilitation des dialogues et explications nécessaires.

Pour Marie-Françoise Roy : « Le salarié référent établit la communication entre tous les acteurs, sur la base des données recueillies et de l’écoute des salariés dont il a réalisé l’observation des situations de travail ».  

Le comité de pilotage : un rôle central

Le comité de pilotage engage la démarche. Il en suit les étapes en permanence. Il reçoit les restitutions. Marie-Françoise Roy précise : « Souvent, les remontées démontrent que le travail réellement réalisé par les opérateurs est différent de celui qui était prévu, conçu ou prescrit… Pourtant, les résultats sont corrects en termes d’objectifs de production. Cela peut entraîner des discussions au sein du collectif de travail. Un des principes de base en ergonomie est d’écouter les salariés et de comprendre pourquoi une différence existe entre travail réel et travail prescrit. On met en avant l’intelligence individuelle et collective, face à cet écart entre le prescrit et le réel ».

L’observation et la restitution : être accompagné(e) ?

Au cours de leur formation-action, les salariés référents en prévention des TMS vont observer des postes ou des situations de travail. Ils sont en apprentissage et accompagnés par Action Santé Travail. Pour Marie-Françoise Roy, « Nous les accompagnons sur les premières observations de postes, en leur mettant à disposition des outils qui puissent les aider et les rassurer. Nous répondons à toutes leurs questions. Ceci est très important. Nous sommes en interactions constructives ». Et de préciser : « La restitution en comité de pilotage est un temps aussi essentiel. Tout est affaire de communication interpersonnelle à ce stade. Pour les premières restitutions, nous sommes présents ».

Perspectives : l’entreprise autonome…

Pour le Docteur Fabrice Roy, médecin du travail à AST : « Nous n’apportons pas de solutions clés en main, et si nous nous limitions à des études de postes ponctuelles, nous n’aurions aucune visibilité sur les conditions de mises en œuvre de nos recommandations. Avec ce programme, et la conduite de projet, nous entrons en co-construction avec l’entreprise. Cela lui permet de renforcer ses compétences en interne. Nous nous adaptons à chacune d’entre elle. L’entreprise garde la main. En tant que médecin du travail, je suis là pour conseiller l’employeur et implanter l’action. Puis, notre ergonome intervient en parfaite concertation entre l’AST et l’entreprise ».
Chez CEDATRA, la démarche va s’étendre à d’autres secteurs d’activité que les Espaces Verts. De plus, une formation sur les Risques Psychosociaux a été organisée en janvier 2018. La dynamique est lancée !

Témoignages