Témoignages

Chiffres clés

Le travail, entre mal-être et bien-être

Ressenti de salariés français employés autant par des entreprises privées que l’administration publique :

48% déclarent être exposé à des niveaux de stress très importants pour lui-même ou pour des proches et/ou confrontés à des situations d’arrêt de travail soudain à la suite d’un épuisement lié aux conditions de travail.
17% des salariés se disent potentiellement en burnout.
56% indiquent que leurs conditions de travail et les pratiques d’encadrement ont évolué de manière négative ces trois dernières années.
un salarié sur deux affirme que son entreprise prend en compte le bien-être des salariés .

Source : Enquête menée en ligne du 7 au 14 octobre 2014 auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 salariés français issus d’entreprises et d’administrations, selon la méthode des quotas, par l’Institut Think pour Great Place to Work.

Facteurs de risque en entreprise :

37% des femmes et 24% des hommes expriment un état de mal être au travail.
• Les femmes exposées à un déséquilibre entre efforts et récompenses déclarent trois fois plus souvent un état de mal-être et les hommes 2,3 fois plus que celles ou ceux qui n’y sont pas exposés.
• Les salariés en surinvestissement dans le travail déclarent deux fois plus souvent un état de mal-être que les autres.
• Les salariés soumis à une forte demande psychologique déclarent une fois et demie plus souvent un état de mal-être que les autres.
13% des salariés disent «travailler d’une façon qui heurte leur conscience professionnelle ».

Source : Enquête épidémiologique Samotrace sur la santé mentale au travail, réalisée par 120 médecins du travail auprès de 6000 salariés d’entreprises privées des régions Centre, Poitou-Charents et Pays de Loire, sous l’égide de l’Invs (Institut National de Veille Sanitaire).

Coût économique :

2 à 3 milliards d’euros en 2007 en France pour les dépenses de soins, celles liées à l’absentéisme, aux cessations d’activité et aux décès prématurés, pour le « job strain » ou « situation de travail tendue » (combinaison d’une forte pression et d’une absence d’autonomie dans la réalisation du travail), qui représente moins d’un tiers des situations de travail fortement stressantes.

Source : étude INRS et Arts et Métiers ParisTech.

• la mauvaise qualité de l’organisation du travail coûte 13 500 euros par an et par salarié (en coûts directs et indirects) aux entreprises françaises, soit une perte de valeur ajoutée de 250 milliards d’euros pour l’ensemble du secteur privé.
Un gain de 10 % sur la qualité de vie au travail est plus facile à obtenir que 1 % de performance économique.

Source : baromètre Indicateur de Bien Etre au Travail (Ibet 2011 et 2013), réalisé par Mozart Consulting pour Apicil et publié par Les Echos Business.

Hors magazine le 10/03/2016

Témoignages