Témoignages

Témoignages

SITA Nord

Alcool, tabac, psychotropes, drogues, jeux vidéos Dépendances et vigilance au travail: l'entreprise peut agir

SITA Nord est spécialiste du traitement et de la valorisation des déchets : 500 000 habitants desservis en collecte, 3 000 clients commerciaux et industriels, 1 250 000 tonnes de déchets traités chaque année sur le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Pour le docteur Florence Meurant, médecin du travail, « il n’y a pas plus d’addictions à SITA Nord que dans une autre entreprise ; mais cette entreprise met en place un programme de prévention ; avec l’équipe « hygiène-Santé » du service de santé au travail de Valenciennes (ASTAV), nous réalisons actuellement une action de sensibilisation de l’encadrement vis-à-vis des dépendances ». Messieurs Guillaume Desoblin, directeur des ressources humaines, et Bertrand Bruyer, directeur EQS à SITA Nord, témoignent.

nord

Dès 5 heures du matin, les camions de collecte de SITA Nord démarrent. Et l’environnement devient vite difficile : rues étroites, encombrements, sols glissants, arrêts et redémarrages fréquents, rapidité… Dès la collecte, les risques sont donc là. Ils seront aussi présents dans les processus de tri et de valorisation des déchets (Déchets Domestiques, Déchets d’Activité de Soins et Déchets Industriels).

Améliorer la qualité de vie au travail

Pour Guillaume Desoblin, « tout est parti de la commission d’amélioration de la vie au travail que nous avons mise en place ; un panel représentatif de nos salariés a planché et trois axes sont ressortis : la communication avec le management, l’incivilité des usagers et les dépendances ; sur ce troisième axe, nous avons eu la chance de travailler avec notre médecin du travail, le docteur Florence Meurant ; en outre, il faut absolument que les représentants du personnel soient associés ; c’est la condition de la réussite, car la question est délicate ».

Mise en risque et niveau de vigilance

Pour Bertrand Bruyer, « l’action démarre et c’est un travail de longue haleine, mené dans la concertation ; pour l’instant, l’encadrement de la filiale de Saint-Saulve participe à des actions de sensibilisation et d’information pour identifier les situations et apprendre à les traiter ; toutes les dépendances sont concernées, car elles influent sur le niveau de vigilance : alcool, tabac, psychotropes, drogues et, à présent, jeux vidéos ! » La démarche adoptée est progressive ; elle devra aboutir à terme sur des dispositions spécifiques à l’entreprise, concertées avec l’ensemble du personnel.

Cela ne s’improvise pas !

A la Santé au Travail de Valenciennes, le « Pôle Hygiène-Santé » est une équipe spécialement formée à l’approche du tabac, de l’alcool, des drogues et de l’alimentation. Et les demandes des entreprises sont de plus en plus nombreuses. «Il faut savoir s’adapter et développer une approche concrète, explicative et ludique » explique le docteur Florence Meurant. « Il faut préserver le dialogue et utiliser les nombreux outils d’animation qui existent ».

Vers des politiques d’entreprise

« Chaque intervention est le projet spécifique d’une entreprise. Avec les mêmes supports d’animation, nous ne faisons pas deux fois la même chose », nous précise le docteur Florence Meurant. Chaque intervention demande une ou plusieurs réunions préparatoires, associant le personnel et ses représentants (DP, CHSCT). De leur côté, les employeurs sont de plus en plus sensibilisés. « La formation des cadres, l’information et la sensibilisation de l’ensemble du personnel font partie d’une véritable politique d’entreprise » conclut le docteur Florence Meurant. Des interventions regroupant plusieurs TPE sont envisageables.

“Du côté de la loi, c’est d’actu ! »

La loi du 27 juillet 2011 relative à l’organisation de la Médecine du Travail précise que les services de santé au travail ont pour mission de conseiller les employeurs, les travailleurs et leurs représentants sur les dispositions et mesures nécessaires afin de prévenir la consommation d’alcool et de drogue sur les lieux de travail. Le médecin du travail est conseiller sur l’éducation sanitaire dans le cadre de l’établissement en rapport avec l’activité professionnelle.

1000 salariés
Guillaume Desoblin,
Directeur des Ressources Humaines
Bertrand Bruyer,
Directeur EQS
Santé au Travail de Valenciennes (ASTAV)

(Publié dans le N°17 : L'obligation de substitution) le 17/04/2012

Témoignages