Témoignages

Témoignages

Sigmakalon, Moreuil

Quand l'homme et la peinture s'emmêlent

Pour beaucoup, l’ergonomie se résume aux solutions techniques qui permettent d’améliorer un poste de travail. Exemple type : j’ai mal aux yeux, c’est un problème d’éclairage ! Mais l’ergonomie ce n’est pas qu’une question matérielle. Pour mieux comprendre, suivons l’exemple de SIGMAKALON à Moreuil, une société de fabrication de peintures qui a fait appel à un ergonome.

Sigmakalon

250 salariés à son actif, l’entreprise de fabrication de peinture SIGMAKALON connaissait un taux d’arrêts et d’accidents du travail assez important.
Le constat est dressé par Marie Christine Pham, médecin du travail de l’ASMIS (Santé au Travail Amiens), et Mme Spinnewyn, infirmière et salariée de l’entreprise. Le site sensible est l’atelier logistique où les risques en termes de postures et port de charges sont conséquents. Maux de dos, lombalgies, le métier de préparateur de commandes est difficile. Au total, cela touche environ 75 personnes. En accord avec la direction et le CHSCT, la décision est prise : appelons l’ergonome du Service de Santé au Travail.
Nathalie Lachambre arrive dans l’entreprise. Pour identifier les contraintes et exigences liées au secteur d’activité, elle met en place un groupe de travail. L’idée ? Trouver des solutions adaptées aux réalités de terrain.

Une réussite collective

L’infirmière Mme Spinnewyn témoigne : « Nous avons émis des pistes d’améliorations. Par exemple, on s’est rendu compte que pour les préparateurs de commandes, une barre placée au premier niveau de stockage les forçait à se courber pour saisir les charges. Le problème, en enlevant cette barre, on perd un niveau de stockage. L’équipe a décidé d’enlever les barres dans les zones de charges les plus lourdes ». De même, elle nous confie que pour alléger la pénibilité du travail, l’atelier a installé un système de rotation entre les différents corps de métiers. « C’est un gros travail d’équipe qui a fonctionné car tous les acteurs se sont impliqués : direction et salariés. D’ailleurs, le chef d’entreprise reconnaît que ces nouveaux aménagements ont un impact sur la production ».

L’ergonomie, ce n’est pas qu’une histoire de matériels !

Cette entreprise est un bon exemple de ce qu’est l’ergonomie aujourd’hui. Certes il n’est pas ici question de dénigrer l’ergonomie qu’on pourrait appeler « physique », comprenez l’apport de solutions matérielles. Mais l’ergonomie du XXIe siècle, ce n’est pas qu’une question de matériels !

Nathalie Lachambre explique : « Il faut aussi la concevoir comme un véritable moyen de répondre à des problèmes d’organisation du travail. Dans ce cas, l’ergonome agit sur l’environnement des salariés. Il s’appuie sur des entretiens et l’observation de l’activité réelle de l’entreprise. Le but est d’adapter les moyens, les méthodes et les milieux de travail, en préservant la santé et la sécurité des salariés ».

Question de bon sens : la machine n’est-elle pas bien souvent plus adaptable à l’homme, que l’homme à la machine ?

(Publié dans le N°1 : Santé au Travail, les changements) le 05/01/2008

Témoignages