Témoignages

Témoignages

POUJAUD ALTRAD

Travail et chaleur, la fréquence cardiaque nous parle

Deux activités constituent les coeurs de métier de POUJAUD ALTRAD. D’une part, la mise à disposition de moyens d’accès. D’autre part l’isolation en secteur industriel. L’isolation thermique, ou calorifugeage, est une spécialité de l’agence de Saint-Pol-sur-Mer, au sein de laquelle travaillent 250 salariés. L’enregistrement en continu de la fréquence cardiaque permet de faire la part des choses entre la charge de travail liée aux efforts physiques et celle liée à la chaleur. Pour les salariés de POUJAUD, elle a été réalisée grâce aux compétences du CEDEST (Centre pour le Développement de la Santé au Travail) et du S.I.S.E.1 (Société d’Ingénierie Sociale d’Entreprise).

altrad

« L’enregistrement en continu de la fréquence cardiaque, tout au long du poste de travail, est une approche fiable de la pénibilité globale, à condition d’être réalisée avec méthode et rigueur » nous situe le Dr Santiago Rivas, médecin du travail au CEDEST. « Lors d’un effort, le rythme cardiaque s’accélère. L’exposition à une forte chaleur accélère égalementla fréquence cardiaque. Lors d’un travail à la chaleur, on va pouvoir mesurer le coût cardiaque lié à l’effort et le coût cardiaque lié à la chaleur. On peut ainsi en déduire les précautions à prendre, notamment pour améliorer l’organisation du travail et aménager les temps de travail et les temps de pause ».

A propos de la cardiofréquencemétrie

Guillaume Ammeloot est correspondant QHSE (Qualité Hygiène Sécurité Environnement) et PCR (Personne Compétente en Radioprotection) au sein de POUJAUD : « Il est important d’expliquer aux salariés pourquoi nous faisons un suivi de la fréquence cardiaque en situation réelle de travail. Notre objectif est de quantifier les charges de travail afin d’authentifier les précautions à prendre. Le salarié doit faire son travail comme d’habitude. Le CHSCT2 est associé à la démarche d’étude et à la définition des préconisations ». Par ailleurs, un relevé des tâches est effectué. Les paramètres d’environnement sont enregistrés avec précision : température sèche et humide, indice de vêture, etc.

A propos de turbines

L’étude a été effectuée lors du décalorifugeage de turbines, dont la température se situe entre 80° et 100 °C. «Nous avons effectué des enregistrements de la fréquence cardiaque sur 4 salariés volontaires, une nuit d’été de dimanche à lundi» nous explique David Triopont, Chargé de missions en sécurité et toxicologie au S.I.S.E. «Grâce à un relevé de poste complet, c’est-à-dire de 20 heures à 6 heures, nous pouvons interpréter la fréquence cardiaque la plus basse, les fréquences cardiaques les plus élevées ou fréquences de crête, les fréquences cardiaques correspondantes aux situations les plus contraignantes. Nous avons des échelles d’interprétation, comme la grille de Meunie ». En dehors des aménagements techniques, ces enregistrements ont permis de définir objectivement des durées limites de travail et de pause. Enfin, le docteur Rivas conclut : « Il est aussi possible d’utiliser la cardiofréquencemétrie pour le suivi de la réadaptation au poste de travail des salariés ayant eu des problèmes cardiaques, en lien avec les cardiologues : on peut ainsi s’assurer que le poste n’est pas dangereux pour le salarié ».

1 – S.I.S.E. : Quai des Entreprises, Parc d’Affaires, 430 Bd du Parc, 62903 COQUELLES, Tél. : 03 21 85 51 76.
2 – Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

POUJAUD ALTRAD
Guillaume Ammeloot, correspondant QHSE (Qualité Hygiène Sécurité Environnement)
SAINT-POL-SUR-MER
SANTÉ AU TRAVAIL DE DUNKERQUE (CEDEST)

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013

Témoignages