Témoignages

Témoignages

LUMIVEROPTIM

Le management intégré de la sécurité et de la santé au travail: un enjeu vital !

Le traitement des Déchets Industriels Dangereux (DID) et la reconversion des Déchets d’Equipements Electriques ou Electroniques (DEEE) sont des activités essentielles pour notre société. Dans les ateliers de LUMIVEROPTIM à Seclin, près de Lille, 2000 tonnes de déchets transitent chaque année. Dont 400 tonnes de tubes fluorescents. Pour exercer cette activité, il faut être en permanence « au top » sur la ma trise des risques. Autant pour la préservation de l’environnement que pour la santé des 12 salariés. Même des petites entreprises peuvent donc être à la pointe du progrès en santé au travail !

lumi

En 1999, Frédéric Dutriez a créé, à Lille, une entreprise spécialisée dans la collecte et le traitement des tubes et lampes en fin de vie. C’est la naissance de LUMIVER. Il ne se doutait pas, qu’en 2011, il serait l’un des leaders incontournables de la collecte et la valorisation des tubes, lampes, piles, batteries, cartouches et Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (ordinateur, électroménager, matériel médical décontaminé, matériel électrique divers), sous le nom de LUMIVEROPTIM. Entre temps, il a su adopter et développer les nouvelles technologies de traitement de ces déchets à risques. Afin de faire face au développement de son activité, il a du se réimplanter en 2003 sur 1000 m2 à Seclin, près de Lille. Il a adopté très tôt le management intégré de la protection de l’environnement et de la ma trise des risques. Et l’entreprise a décroché les normes et certifications nécessaires : ISO 14001, ISO 9001, OHSAS 18001 . LUMIVEROPTIM est « recycleur agréé Nord-Pas-de-Calais » pour Recylum (éco-organisme), et « collecteur agréé » pour Corépile (éco-organisme pour les piles). En mars 2011, LUMIVEROPTIM investit un nouveau lieu de travail sur 2500 m2: le site de « La Sucrerie » à Seclin. Un déménagement rondement mené par toute l’équipe… en une semaine de temps ! « Toujours aller de l’avant » semble être la devise de la maison.

Sécurité et santé sont intégrées dans le management

lumi

Pour Jérôme Carèje, responsable QSE (Qualité Sécurité Environnement), « dans notre activité, on est obligé d’avoir toutes les certifications en matière de protection de l’environnement ; nous sommes poussés par les éco-organismes qui nous délivrent des agréments utiles et nécessaires à notre développement ; mais il y a aussi et surtout une volonté très forte de la direction ». Le management intégré de la sécurité et de la santé en est un exemple. « Car, la sécurité et la santé, cela nous sert à avancer ».

Un exemple concret : les « tubes fluo »

A côté du transit des piles et batteries, du démantèlement et de la dépollution des matériels et appareils électriques ou électroniques, la transformation des tubes fluorescents en matière première de récupération est une activité phare de l’entreprise. « Nous sommes l’un des trois sites existants en France sur ce type d’activité », nous précise Jérôme Carèje. Cela a été possible parce que LUMIVEROPTIM a opté pour des technologies innovantes, performantes d’une part, et respectueuses de l’environnement d’autre part. Le respect de la sécurité et la santé des opérateurs s’est tout naturellement associé à cette démarche d’ensemble. L’enjeu est de taille : verre, culot d’aluminium, poudre fluorescente, mercure sont autant de matière à risques.

« L’amélioration de la productivité et de la sécurité vont de pair ; nous devons avoir une technique de traitement pour avoir des sous-produits de meilleure qualité, tout en assurant une étanchéité parfaite de notre processus pour protéger la santé des salariés ».

lumi

Aller au-delà de la surveillance médicale rapprochée spécialisée

Prenons le cas du mercure, par exemple. Il y a un analyseur d’atmosphère et des prélèvements sur les produits. Il y a également un suivi médical et biologique très précis des salariés exposés, établi par le médecin du travail (ex. : bilan sanguin standard, bilan toxicologique sanguin pour le plomb et urinaire pour le mercure, voire le baryum, radiographie pulmonaire et épreuve fonctionnelle respiratoire, audiogramme). Mais Jérôme Carèje nous précise : « on envoie les salariés à la visite médicale, mais il est aussi très important et nécessaire de développer le partenariat existant avec le médecin du travail et notre service de santé au travail ; il est capital de suivre l’évolution de notre activité pour que nous puissions bénéficier d’une assistance adaptée ».

Règle d’or : s’améliorer constamment

Pour le docteur Patrick Leroy, médecin du travail à PÔLE SANTÉ TRAVAIL Métropole Nord, « nous participons aux actions de prévention individuelle et collective à travers les visites de l’entreprise, par les études de poste, la mise à jour de la fiche d’entreprise, la lecture du document unique, et le suivi du port des Equipements de Protection Individuelle (EPI) : tenue de travail, casques, bouchons d’oreille antibruit, lunettes, masques, gants, chaussures de sécurité.

Par exemple, les interventions de nettoyage et de changement de filtre à l’intérieur du container de broyage des tubes fluorescents, nécessitent en outre, le port de gants de protection polyuréthane et d’un masque de protection respiratoire modèle Hg P3. L’amélioration de la prévention a permis de mettre en place un tapis roulant d’alimentation semi-automatique du broyeur et un capteur à affichage digital permanent pour la détection du mercure ambiant.

L’entreprise a récemment accepté la participation prochaine du CISST pour la réalisation d’une cartographie des bruits…». La prévention des TMS et des risques chimiques (mercure, plomb, baryum) restent deux objectifs permanents. « D’autres partenaires interviennent : l’APAVE, la CARSAT Nord Picardie et l’INRS, des bureaux d’études, etc. La direction est une locomotive qui associe en permanence le respect de l’environnement avec la sécurité et la protection de la santé du salarié au travail, en collaboration avec divers partenaires ».

1 Norme ISO 14001 relative à l’environnement ; normeISO 9001 relative à la qualité ; norme OHSAS 18001relative à la sécurité.

2 CISST : Centre Inter-Services de Santé au Travail,Lille

LUMIVEROPTIM
Seclin 12 salariés
Frédéric DUTRIEZ, gérant LUMIVER OPTIM
PÔLE SANTÉ TRAVAIL Métropole Nord

(Publié dans le N°16 : Nouvelles obligations dès 2012) le 09/12/2011

Témoignages