Témoignages

Témoignages

LA CRÉQUOISE

A « LA CRÉQUOISE », le suivi de santé valide les investissements

Implantée à Fruges, dans le Pas-de-Calais, La Créquoise est une société de découpe et conditionnement de viande ovine. 155 personnes travaillent sur le site. Une fois la réception effectuée, trois lignes de production entrent en jeu : désossage, tranchage, conditionnement. Les gestes sont rapides et précis. Les salariés ont acquis un savoir faire précieux, dans des conditions d’hygiène et de température imposées par le travail en agro-alimentaire. La Créquoise expédie sa production en France et dans les pays du Bénélux, en Europe. Une collaboration régulière avec l’ASTIL 62, service de santé au travail de l’entreprise, a permis de valider la politique de prévention de l’entreprise pour maîtriser l’exposition aux bruits.

Deux cartographies de bruit effectuées par l’ASTIL 62, en 2012 et 2015, ont permis d’objectiver les progrès accomplis. « Pour nous, c’est important », nous déclare Xavier Macquet, dirigeant de La Créquoise. « Car, lutter contre le bruit nécessite une approche globale et des investissements réguliers ». Le docteur Marie-Dominique Bera, médecin du travail qui suit La Créquoise, depuis septembre 2014 précise : « Nous développons une collaboration régulière avec La Créquoise. Notre rôle est de suivre la santé des salariés, mais aussi de conseiller l’employeur et d’évaluer en continu les progrès accomplis ». Le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail a été régulièrement associé à ce véritable « Plan Anti-Bruit ».

Scies, Pompes à vide,Groupe de froid…

Xavier Macquet est pragmatique et concret : « Les salariés ont à disposition des bouchons d’oreille moulés, individuels et personnalisés. C’est l’action individuelle. Sur plusieurs années, nous avons aussi réduit les émissions sonores en agissant sur les machines. » Les zones de bruit sont identifiées et font l’objet des affichages règlementaires. « Après essais et tests, nous sommes passés de scies à ruban à des scies circulaires, tout en préservant la qualité de découpe. A l’atelier de conditionnement, les pompes à vides ont été réinstallées à l’extérieur. Dans l’atelier de désossage, les deux groupes de froid ont été changés, et quatre nouveaux groupes en basse décibel équipés de gaines textiles ont été installés. Nous avons ainsi enregistré une baisse importante du niveau sonore de l’atelier et une amélioration du confort de travail en zone à température dirigée ». Ces exemples illustrent que la lutte contre le bruit relève d’efforts et d’investissements permanents.

Des améliorations spectaculaires

Fabienne Calon est assistante en santé au travail à l’ASTIL 62 : « Nous avions fait des relevés par sonomètre et dosimétrie en 2012. Nous les avons refaits en janvier 2015. Par exemple, au découpage, le niveau sonore émis par les machines est passé de 81,7 dB(A) à 76,1 dB(A). Dans l’ensemble des ateliers, les niveaux d’exposition ont diminué. Nous pouvons ainsi objectiver les améliorations obtenues auprès des salariés, du CHSCT et de l’employeur ». Le docteur Marie-Dominique Béra précise : « Ces actions en entreprise que nous réalisons en équipe, sont complémentaires du suivi médical que j’assure. Personnellement, je fais faire des audiogrammes systématiquement, et je reviens sur l’importance de la protection auditive au cours de la consultation. C’est l’occasion d’un dialogue personnel, couvert par le secret médical ». Secrétaire médicale, Arlette Demont conclut : « Les salariés apprécient que nous fassions toujours ce dépistage individualisé ».

LA CRÉQUOISE,
découpe et conditionnement de viande bovine
155 salariés

Xavier Macquet,
Dirigeant
FRUGES
SANTE AU TRAVAIL DE CALAIS-BOULOGNE- LE TOUQUET (ASTIL 62)

(Publié dans le N°30 : Audition et travail: entendre pour mieux s'entendre!) le 18/05/2015

Témoignages