Témoignages

Témoignages

CMI Maintenance Nord, Gravelines

Une étiquette peut en cacher une autre

Déjà compliqué de comprendre une étiquette au supermarché, alors quand il s’agit d’un produit chimique et qu’en plus on en utilise plusieurs dans l’entreprise, ce n’est pas une partie de plaisir. Afin de remédier à cela, le Service de Santé au Travail de Dunkerque (CEDEST) a lancé une grande opération « risques chimiques ». Objectif ? Aider au décryptage des étiquettes pour déceler la dangerosité des produits.

CMI maintenance nord
L’opération « risques chimiques » menée par le CEDEST concerne les entreprises de moins de 50 salariés adhérentes au service. Au total 598 sociétés ont reçu une proposition d’analyse des produits chimiques utilisés sur leur site. Concrètement, l’employeur fournit les fiches de données de sécurité de chaque produit.

Ces dernières sont étudiées par le Service de Santé au Travail dunkerquois, qui offre des solutions de remplacement s’il y a dangerosité ou préconise des modes d’utilisation adéquats.

« Cette aide a pour but de faciliter la vie au chef d’entreprise. Surtout qu’il est tenu responsable, au titre de la loi, de l’exposition de son personnel aux substances potentiellement dangereuses pour la santé ». Une obligation à ne pas prendre à la légère. Le danger est quelquefois insoupçonné. Ainsi, « il faut se méfier des gaz d’échappement ou des vapeurs liées au réchauffement d’une résine par exemple », précise David Triopont.

L’entreprise CMI Maintenance Nord à Gravelines est heureuse aujourd’hui d’avoir pu bénéficier de cette opération « risques chimiques ». La société gère la maintenance de sites industriels comme ceux d’Arcelor Mittal ou d’EDF Gravelines. CMI utilise une soixantaine de produits pour son activité. Selon Sébastien Fraselle, responsable sécurité, « l’action du CEDEST et du médecin du travail, Françoise Mailly, a permis de recenser et remplacer les produits potentiellement à risques. Par ailleurs, leurs étiquettes plus lisibles sont aujourd’hui disponibles dans un cahier à disposition de personnel. Les stocks sont mieux gérés, et la santé des salariés préservée. La société est de la sorte en conformité avec la loi ». Gagner du temps et de l’efficacité en toute sérénité, penser Santé au Travail peut s’avérer payant.

En savoir plus : Article du code du travail R231-53
Décret du 1 février 2001 sur les produits CMR
Décret du 23 décembre 2003 sur la réglementation sur les agents chimiques, dangereux, inflammables, irritants, toxiques.

(Publié dans le N°2 : En entreprise aussi on peut sauver des vies !) le 15/05/2008

Témoignages