Témoignages

Témoignages

BROCHOT

En chaudronnerie, la prévention rassemble les compétences !

A Wingles, près de Béthune dans le Pas-de-Calais, 70 salariés travaillent en montage/chaudronnerie industrielle. Le nom de leur entreprise est connu dans le monde entier : BROCHOT. Leur savoir-faire : réaliser des ensembles et sous-ensembles de machines spéciales dédiées aux industries des métaux non ferreux. Dans de vastes halls, plusieurs métiers coexistent dans un univers de machines impressionnantes. Depuis 20 ans, l’automatisation a fait son entrée, à côté de plusieurs métiers qui constituent un précieux savoir-faire (réception, traçage, découpage, usinage, assemblage, soudure, grenaillage, peinture, essais etc…). Chaque semaine, des machines conçues « sur mesure » partent ainsi en France ou à l’étranger, pour être montées sur site. Dirigé par M. Ludovic Fatus, l’établissement BROCHOT de Wingles, a inscrit la prévention comme cofacteur de développement.

brochot

Le docteur Gérard Schmidt, médecin du travail à l’AST 62-59 (Santé au Travail d’Arras-Béthune-Hénin-Lens) suit l’entreprise BROCHOT depuis plusieurs années. Pour lui : « les progrès sont liés à un travail d’équipe ; il faut accompagner l’entreprise en lui apportant un regard extérieur, des compétences pointues et des services de qualité. L’actualisation et le suivi du Document Unique d’Évaluation du Risque sont ainsi l’opportunité d’un développement continu de la prévention. Ceci concerne autant les esprits que les équipements ».

Une vue d’ensemble, des actions précises

Marc Ledez est auditeur QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement). Il passe en revue, avec passion, de récentes actions : « Avec notre service de santé au travail, l’AST 62-59, une étude du bruit sur l’ensemble du site a été effectuée ; les vibrations sur les chariots automoteurs ont été étudiées ; le risque chimique a fait l’objet d’une évaluation méthodique, nous permettant un suivi continu. Nous avons aussi abordé le risque machine, etc. Des groupes de travail permettent d’associer les salariés. Ceci prend du temps… mais à terme, c’est efficace ! » C’est ainsi que plusieurs résultats concrets sont progressivement atteints au niveau de la protection collective : aspiration des fumées de soudages sur poste fixe ou avec appareil portatif, équipements des cabines de peinture et de grenaillage, amélioration des machines… « La protection individuelle demande une attention particulière. Nous avons opté pour la qualité, adaptée à chaque situation, à chaque condition d’utilisation, voire chaque personne. Les bouchons d’oreille sont moulés grâce à un laboratoire spécialisé. Dans certains cas, nous optons pour des lunettes de protection avec verres correcteurs. Les gants sont adaptés au risque : manutention ou coupure… Si besoin, sur le plan respiratoire, nous optons pour des masques complets à cartouches adaptées. Il ne faut pas d’erreur… ».

La Santé au travail, une alliée !

Marion Hochain est ingénieure HSE/IPRP à l’AST 59-62. Avec Christelle Vinsot, métro-
logue/IPRP et Xavier Vasseur, métrologue bruit-éclairage, elle est intervenue au côté du docteur Gérard Schmidt : « Nous apportons nos compétences, mais l’entreprise reste autonome. Par exemple, sur l’actualisation du DUER ou l’évaluation du risque chimique, nous avons apporté une méthode éprouvée que l’entreprise met en œuvre avec notre suivi. Nous intervenons au sein du CHSCT. Nous assurons aussi information et sensibilisation des salariés ».

BROCHOT Group
70 salariés
Marc Ledez, auditeur QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement)
WINGLES
SANTÉ AU TRAVAIL D’ARRAS- BETHUNE-HENIN-LENS (AST 62-59)

(Publié dans le N°24 : Expositions aux risques: moins de pénibilité, plus de santé) le 20/11/2013

Témoignages