Témoignages

Témoignages

AGRIFREEZ et l’ESAT les Ateliers du WESTHOEK

Une ligne de surgelés, deux entreprises : une étude ergonomique.

Accueillant 50 travailleurs handicapés âgés de 20 à 60 ans sur le dunkerquois, l’AFEJI – ESAT Les Ateliers du WESTHOEK propose les services suivants : entretien et création d’espaces verts, petits travaux de bâtiment et nettoyage de locaux, assemblage et montage, fabrication d’emballages et conditionnement, flaconnage, ensachage, activités en entreprise. Depuis fin 2016, vingt usagers de l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK mettent en carton, en panachage, des sachets de légumes surgelés, dans les locaux et sur une ligne de fabrication d’AGRIFREEZ, à Esquelbecq. Le CEDEST, service de santé au travail des deux entreprises, a réalisé une évaluation des risques professionnels et une étude ergonomique.

Outre des travailleurs handicapés en situation de déficience intellectuelle ou psychique, l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK emploie 11 personnes : moniteurs d’ateliers, psychologue à temps partiel, assistante sociale, animateur en soutien éducatif, administratifs. Chef de service, Olivier Mercier explique : « Comme tout employeur, nous devons préserver la santé des travailleurs en situation de handicap, qui interviennent en milieu ordinaire. Bien sûr, ce travail doit être adapté à leurs déficiences, sans les aggraver. Et réduire les différences par une démarche inclusive ». Comptant 50 salariés, AGRIFREEZ comporte une unité de transformation de légumes surgelés, produits par 100 à 150 agriculteurs locaux. Pour Pavel Klouda, responsable du conditionnement : « Les salariés de l’ESAT travaillent avec nos 50 salariés, en parfaite harmonie. Avec leur bonne humeur constante, ils influent positivement sur l’ambiance de travail ». Médecins du travail au CEDEST, le Dr Eric Dorp réalise le suivi de santé au travail de l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK et le Dr Blandine Descamps suit AGRIFREEZ.

Associer toutes les parties prenantes

Emilie Lecaillez est ergonome au CEDEST : « Notre étude a été réalisée en associant, de juin à septembre 2017, les deux entreprises. L’accueil a été très positif tant pour les entretiens avec les salariés, que pour les observations des situations de travail et les restitutions. Les moniteurs et les éducateurs de l’ESAT sont sur place, avec les travailleurs en situation de handicap et les salariés d’AGRIFREEZ. Nous avons pu filmer les situations de travail. Ceci a facilité les échanges croisés autour de préconisations ». Une restitution a eu lieu en décembre 2017 devant le CHSCT de l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK et des représentants d’AGRIFREEZ.

Des préconisations précises

Pavel Klouda précise : « L’étude nous apporte une expertise extérieure et permet des échanges très concrets. Estelle achevée ? Non, c’est une dynamique d’amélioration progressive qui est en route ». Olivier Mercier conclut : « Nous avons un diagnostic partagé et des préconisations précises. Nous les mettons en oeuvre progressivement, en les testant avant de les généraliser ».

ESAT Les Ateliers du WESTHOEK-AFEJI
11 salariés
Olivier Mercier, chef de service

AGRIFREEZ
50 salariés
Pavel Klouda, responsable du conditionnement

DUNKERQUE

SANTÉ AU TRAVAIL DE DUNKERQUE (CEDEST)

1 – Etablissement de Services et d’Aide par le Travail du WESTHOEK, faisant partie de l’AFEJI.
2 – Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail, bientôt remplacé par le Comité Social Economique, en application de l’ordonnance du 22 septembre 2017 relative à la nouvelle organisation du dialogue social.

(Publié dans le N°42 : Horaires atypiques: quand la ville dort...) le 04/05/2018

esp-header

Les suites de l'étude...

Les travailleurs et travailleuses en situation de handicap de l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK sont intégrés sur les lignes de production d’AGRIFREEZ. Ils réalisent la mise en carton des sachets de légumes, en suivant les impératifs de production, au sein des équipes d’AGRIFREEZ. Ce travail comporte des gestes répétitifs, dans une ambiance thermique correspondant au travail de légumes surgelés. Chef de service de l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK, Olivier Mercier situe : « Notre objectif est une amélioration continue et progressive des conditions de travail, en parfaite concertation avec AGRIFREEZ ». L’intervention d’Emilie Lecaillez, ergonome au CEDEST, s’est déroulée dans cette perspective de mise en dialogue autour de préconisations précises.

Observations…

« Au stade de l’observation des situations de travail, les échanges avec les éducateurs de l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK ont été essentiels » précise Emilie Lecaillez. « Ils sont sur place et participent à l’activité. L’objectif n’est pas d’automatiser. Mais d’établir les meilleurs compromis possibles, dans un objectif de maîtrise des risques. Cet objectif était clairement entendu et partagé par les directions des deux entreprises et les salariés ».

Préconisations

Les préconisations principales relèvent de trois axes de travail, identifiés par Emilie Lecaillez :

les risques de chutes, la gestuelle répétitive, les rotations au poste.

« Le fait de pouvoir filmer les situations de travail est très précieux. En effet, ceci permet une réflexion collective d’analyse et de co-construction de solutions. Des propositions simples ont été identifiées. Par exemple, déplacer et repositionner l’étiqueteuse, en associant le fournisseur. L’installation d’une table élévatrice a fait l’objet de tests. Sur le plan organisationnel, la rotation aux postes fait l’objet de réflexions. Elle doit tenir compte des capacités de chaque salarié de l’ESAT. Mais elle permet de réduire les contraintes posturales ou gestuelles sur un poste de huit heures… De même, la mise en place d’un éveil musculaire avant prise de poste fait l’objet de réflexions concertées ». Ces exemples démontrent le caractère pragmatique de l’étude.

Actions !

« La mise en œuvre des préconisations fait l’objet de dialogues et concertations spécifiques » explique Olivier Mercier, chef de service à l’ESAT Les Ateliers du WESTHOEK. « Certaines sont rapidement réalisées. Par exemple, la mise à disposition de gants anti-vibrations. La rotation aux postes se met en œuvre progressivement. La mise en place de séances d’échauffement n’est pas si simple à réaliser. Elle est en cours de réflexion. L’achat et l’installation d’une table élévatrice passe par des tests, qui, en l’état, ne sont pas encore concluant… Chaque préconisation fait l’objet d’une réflexion et d’une concertation spécifique, il est clair que nous avons engagé, grâce à l’expertise du CEDEST, une démarche progressive d’amélioration des conditions de travail ».

Témoignages