Témoignages

Témoignages

Le groupe

AMELIORER la santé et la sécurité dans les garages

192 sur 197 garagistes se déclarent satisfaits ou très satisfaits. Ils ont reçu la visite de spécialistes de la santé au travail. Ceux-ci ont réalisé un « audit de santé et de sécurité ». Le but de ces professionnels : contribuer à l’amélioration de la santé et de la sécurité du personnel d’atelier dans les garages. D’où viennent ces spécialistes ? Du Service de Santé au Travail de l’Aisne (MTA). Dès 2005, ce service décide en effet de concevoir et de réaliser une action d’évaluation des risques et de conseils de prévention, auprès de ses 206 garages adhérents, du département de l’Aisne. Une action de longue haleine, menée sur les lieux de travail, au plus près des employeurs et de leurs salariés. Une action de ce type ne s’improvise pas. Elle a demandé un important travail de recherche pour élaborer des protocoles d’intervention concertés et réunir les documents susceptibles d’être remis aux garagistes. Les visites ont eu lieu en 2008 et 2009. En 2010 et 2011 se sont mises en place des actions d’information et de formation dans les CFA de Laon et de La Capelle (voir Entreprise et Santé n° 14). L’accompagnement vers « plus de santé et de sécurité dans les garages s’inscrit dans le temps. A noter que 84 % des garages visités ont moins de 10 salariés ; 73 % moins de cinq salariés ».

Le temps, un allié

Dans un film réalisé à l’occasion de cette action, M. Dupont, secrétaire du CHSCT au garage GUEUDET de Saint-Quentin, témoigne. « Cette action nous a permis de rendre accessible les fiches de données de sécurité grâce à l’informatique. Les compagnons attendent l’information ; quand on est informé et formé, on peut faire respecter des consignes ; ce sont des chaînes à mettre en route ». Il précise que des formations devraient se développer en réseau entre garagistes d’un secteur, pour permettre la participation de salariés des petits garages. Une idée qui pourrait faire son chemin… Pour M. ROLAND du garage ROLAND Agence de Saint-Quentin « cette action a permis de lever le voile sur tous les aspects de sécurité au niveau de l’atelier et de l’accueil client, de faire le point sur les documents officiels ». C’est aussi l’occasion d’engager une démarche de prévention, qui, souvent, démarre par de petites modifications.

Les garages au scanner

Au sein de MTA, le docteur Françoise Vermeersch, médecin du travail, a coordonné les travaux du groupe pluridisciplinaire qui s’est mis en place dès 2005. Premier travail : rassembler la documentation disponible. Que celle-ci soit scientifique ou grand public. Deuxième travail : élaborer des protocoles et des supports de visites utilisables par chaque médecin du travail du service. Troisième travail : organiser et planifier les visites, suivre et collecter l’ensemble des informations recueillies en respectant les règles de confidentialité. « Une visite dure en moyenne deux heures » nous dit-elle. « Elle comprend un volet technique d’analyse des risques au niveau des locaux et des postes de travail : sol, électricité, incendie, levages et manutention, manipulation des produits, etc. Elle comprend un échange sur les risques pour la santé : peau, poumon, audition, risque psychosocial, dos, etc ». Françoise Vermeersch précise : « Nous avons toujours été bien reçus. Les visites s’effectuaient sur rendez-vous. Le garagiste recevait une documentation préalablement à notre venue. Puis nous réalisions avec lui la visite des lieux et postes de travail. Après nous lui adressions un compte rendu synthétisant les projets de l’entreprise, les points positifs et les points à améliorer ». Une telle démarche donne l’opportunité de mettre en phase la réalisation de la Fiche d’Entreprise que chaque médecin du travail doit réaliser et celle du Document Unique d’Evaluation des Risques, dont chaque employeur a la responsabilité. Et elle ouvre un dialogue constructif. A noter que les Services de Santé au Travail d’Amiens et de Beauvais ont été associés au début de la démarche et dans la gestion des FDS.

Des attentes exprimées

L’ensemble de ces audits met en valeur plusieurs attentes. La métrologie (bruit, monoxyde de carbone, éclairage, ventilation) objective les situations à améliorer. Les demandes d’information sont nombreuses : risques et dangers pour la santé, moyens de prévention, règlementation et responsabilité. Des demandes de formation sont exprimées. L’idéal serait de développer avec les employeurs et leurs salariés des modules adaptés, tant les points à aborder sont techniques et spécifiques (hygiène industrielle, produits chimiques, levage et manutention, etc). Visiter et accompagner 200 garages, c’est un travail de longue haleine…

C’est selon !

Les comptes rendus d’audits donnaient,par courrier, à l’employeur les point positifs et les points à améliorer. C’est selon les garages ! Un point positif chez l’un d’entre eux peut être un point négatif chez un confrère… Voici une liste non exhaustive des points examinés :
- existence d’une évaluation des risques actualisée
- règles générales d’hygiène
- circulation et états des sols
- incendie, explosion
- bruit
- produits dangereux (fiches de données de sécurité, conditions d’utilisation, manipulation, étiquetage)
- diagnostic amiante du bâtiment
- levage et manutention
- machines et appareils spéciaux
- fosse de visite
- préparation et peintures des véhicules
- réparation et entretien des garnitures de frein
- actions de prévention (EPI, sensibilisation, information des salariés)
- organisation des secours
- équipements sociaux

Citons les membres du groupe « Garages », à la Santé au Travail de Saint Quentin (MTA) :
Coordonnateur : Françoise VERMEERSCH, Médecin du Travail

Participants :
- Dominique BOUILLET – Technicienne en Ergonomie
- Stéphanie BUISINE – Ingénieur Responsable pôle Prévention
- Françoise CHAPELET – Médecin du Travail
- Jean-Paul DUFOSSEZ – Médecin du Travail
- Mickaël GERARD – Technicien prévention
- Véronique GIBBE – Médecin du Travail
- Brigitte MARIO – Formatrice
- Laurence SAMAIN – Technicienne en Ergonomie, Formatrice

(Publié dans le N°15 : 50 ans... et alors ?) le 28/10/2011

Témoignages