Témoignages

Témoignages

Ramery batiment

Tous Mobilisés contre les TMS

Douleurs dans le dos, les épaules, les poignets pour les coffreurs, dans les genoux pour les maçons : ces signes annoncent des maladies professionnelles appelées TMS, troubles musculosquelettiques. Chez Ramery Bâtiment, du directeur au compagnon, tous sont mobilisés pour agir contre les TMS avant que les lésions soient irréversibles.

batiment

« Comment vont-ils tous ? » : cette préoccupation quotidienne de Michel Ramery vis-à-vis de ses salariés, appelés compagnons, s’inscrit dans la culture d’entreprise. Elle se traduit également dans les faits, comme cette action de prévention contre les TMS par une meilleure organisation du travail.
Le Dr Bernard Bonte, Médecin du travail du groupe Ramery depuis 1991, et Rohan Detourmignies, Ergonome chez Ramery Bâtiment, nous ont reçus au centre du Pôle Santé Travail d’Armentières pour nous présenter la démarche de cette action impliquant tous les acteurs de l’entreprise et ceux de la santé au travail depuis trois ans. Fin 2008, le président de Ramery Bâtiment Laurent Gibello décide d’agir contre les TMS par une politique de prévention, sur les conseils d’Alain Reffas, ingénieur conseil coordonnateur à la direction professionnelle de la CARSAT Nord- Picardie. La méthodologie choisie implique tous les acteurs internes et externes. Il s’agit de connaître les risques en les identifiant par une analyse des tâches effectuées aux différents postes de travail. Le but est de mieux maîtriser les risques par une meilleure organisation du travail. L’agence de Lille Métropole, sur les sept que compte Ramery Bâtiment, est retenue comme site expérimental. L’étude porte sur les trois métiers représentant 80% de l’effectif de l’agence : Coffreur bancheur, Coffreur plancher, Maçon.

Diagnostic transversal et participatif

La démarche participative implique des groupes de travail où professionnels de santé, cadres, chefs de chantier et compagnons discutent ensemble pour analyser les tâches et trouver des solutions. Le diagnostic ergonomique des situations de travail s’appuie sur les dossiers médicaux où sont identifiées les zones corporelles, sources de douleurs. Le médecin et l’infirmière complètent ces données par des questionnaires de santé et des entretiens individuels, notamment pour mieux cerner « l’invisible », c’est-à-dire les douleurs ressenties. Lors des groupes de travail par corps de métier, les compagnons expliquent les tâches accomplies, en particulier celles qui occasionnent le plus de souffrance au travail mais également celles qui ne posent aucun problème.

Créations d’outils mieux adaptés

Ces groupes de travail dégagent ensuite des axes d’actions et les soumettent au comité de pilotage. Ainsi, 45 thèmes d’actions de type organisationnel, technique, humain (formations) sont proposés. Ces réflexions développent de nouvelles méthodes de travail, d’organisation du chantier. Des outils et du matériels sont conçus quand ceux-ci n’existe pas. Avec l’aide de l’ergonome, des ouvriers conçoivent un établi de découpe pour le gros oeuvre, modulable, avec des détails pratiques (roues, prises électriques…) Ce matériel répond exactement aux besoins en rendant le travail de chacun moins pénible. Cette démarche de prévention, impliquant chacun à son niveau, du directeur au compagnon, s’appuie sur le vécu et s’inscrit dans la durée. Les indicateurs de santé recueillis mais aussi les données sur l’impact socioéconomique permettent de suivre l’évolution des pathologies liées aux TMS. Cette action est actuellement diffusée auprès des autres agences de l’entreprise pour améliorer la santé de tous. La finalité de cette politique de prévention est d’intégrer la variable santé au sein de l’organisation de l’entreprise au même titre que la productivité, la sécurité, la qualité et l’environnement.

Une démarche projet

Pour manager le projet, un comité de pilotage réunit des acteurs externes: POLE SANTE TRAVAIL Métropole Nord :, Dr Bernard Bonte, Médecin du travail, Marie-Laure Bocquet, Infirmière,Tommy Dubois, Ergonome CISST (Centre InterService de Santé au Travail) / OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) : Frédéric Delaplace, Cadre prévention / CARSAT Nord-Picardie (Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail) : Alain Reffas, Ingénieur conseil coordonnateur à la direction professionnelle

Et des acteurs internes :

- Jean-Jacques Steux, Directeur des Ressources Humaines
- Guillaume Knockaert, Directeur du Département Ingénierie et Services
- Eric Demortier, Direction Agence
- Jean Luc Gruez, Directeur Exploitation
- ainsi que les membres du CHSCT, du bureau d’étude, du service Prévention, Méthodes, Matériel pour Ramery Bâtiment. Rohan Detourmignies, qui a commencé en tant qu’étudiant en Master 2 Ergonomie et Conception des Systèmes de Travail, est embauché par Ramery Bâtiment comme Ergonome afin de suivre tout le dossier.

(Publié dans le N°13 : L'etiquette nous parle) le 29/03/2011

Témoignages