Témoignages

Témoignages

PÔLE SANTE TRAVAIL Métropole Nord

PME du BTP : un exemple de santé et sécurité intégrées!

C’est la sixième génération qui est à la tête de DECOTTEGNIE Bâtiments à Bondues. Leur cœur de métier : Le gros-œuvre de bâtiment, en neuf ou en rénovation, R+2 (rez-de-chaussée et deux étages). Dès sa première visite de chantier, le docteur Hugues Lalande, médecin du travail à PÔLE SANTÉ TRAVAIL Métropole Nord, n’en revient pas : « Je n’ai jamais vu cela ! C’est exemplaire tant pour les équipements de sécurité que l’organisation du travail ». Allons voir ça de plus près …


DECOTTEGNIE Bâtiments est une entreprise familiale qui emploie 40 salariés, une PME dirigée par Messieurs Christophe et Jean-Yves Decottegnie. L’épouse de Christophe, Mme Domitille Decottegnie, est respon- sable QSE (Qualité Sécurité Environnement) : « Je m’occupe de prévention depuis 20 ans. C’est un axe majeur en marge des chantiers de l’entreprise. Il y a cinq ans, un de nos conducteurs d’engins, M. Laurent Leclercq qui présentait des problèmes d’aptitudes à son poste, s’est reconverti comme chargé de sécurité. Tout s’est alors accéléré car il a une grosse expérience des chantiers. Or, en prévention, il faut impliquer tout le monde et ne laisser personne sur le bord de la route ! ».

Trois axes de travail… rentables !

Mme Domitille Decottegnie cadre les enjeux : « La prévention, c’est préserver la Santé, la Sécurité, les Conditions de travail, pour déve- lopper le bien-être physique, mental et social ». En cours d’entretien, elle précise également : « Cela demande beaucoup de temps. Donc, de l’argent ! Mais les résultats sont là. Le salarié fait attention à lui-même et à ses collègues, à la sécurité mais aussi au bien-être : la qualité, la cohésion d’équipe, le respect des délais sont au rendez-vous. ..Et en un mot, les performances de l’entreprise aug- mentent ».

Respect du salarié en tant que personne

Pour Mme Domitille Decottegnie, là aussi trois règles évidentes s’imposent :
« Respect de la personne, avec les différences culturelles, éducatives… Transparence, avec une absence de tabous sur les questions de sécurité. Dialogue permanent et règles identiques pour chacun, avec l’idée de ne jamais laisser s’aggraver une situation à risques ».

Des solutions rapides et toujours adaptées

« Les solutions sont toujours trouvées ensemble. Pour l’achat des chaussures, masques, gants et tenues de travail, on choisit ce qui correspond le mieux à chaque salarié et chaque situation de travail. Ainsi, ils les choisissent, les portent et se les approprient : D’ailleurs, on n’a pratiquement plus d’accidents de mains ou de pieds… Plusieurs salariés négligeaient le petit-déjeuner. Nous avons installé une vraie cuisine, confortable, où ils peuvent prendre
leur repas, ne jamais travailler « le ventre vide »… Le respect des pauses est chez nous obligatoire. Tous les deux mois, un groupe de travail fait le point, échange, valide les actions. », Le docteur Hugues Lalande conclut : « Cette culture santé-sécurité se voit sur les chantiers et se décline également vers la prévention du risque vibratile, tant pour les engins de chantiers que pour l’électroportatif, en sélectionnant les meilleurs outils et en calculant le temps d’utilisation journalière en fonction des accélérations, que pour la prévention des gestes répétitifs liés au ferraillage des linteaux ».

Le respect de la personne, la transparence, le dialogue”
Domitille Decottegnie, responsable QSE, DECOTTIGNIE Bâtiments

(Publié dans le N°24 : Expositions aux risques: moins de pénibilité, plus de santé) le 20/11/2013

Témoignages