Témoignages

Témoignages

Isonor

Addictions 2 heures pour faire un tour d'horizon

Ce vendredi 30 mars 2012 après-midi, les 11 salariés d’ISONOR ont un emploi du temps particulier. Ils se rendent au Parc de l’Etoile, dans les nouveaux locaux du CEDEST, leur Service de Santé au Travail. Objectif : faire un tour d’horizon de la question des addictions. Adeline Bigot et Marie-Jo Loywick, assistantes en santé au travail au CEDEST, les attendent pour une séance de sensibilisation de 2 heures. Créée en 2001 et certifiée MASE en 2007, ISONOR est spécialisée dans les travaux d’isolation industrielle : tuyauteries, cuves, carneaux, etc.

David Derisoud, directeur d’ISONOR, est très clair : « J’ai donné deux heures sur le temps de travail, par conviction personnelle. ISONOR n’est pas plus concernée qu’une autre entreprise. C’est la société qui est concernée. Mais nous avons des métiers à risques, avec des personnes habilitées au pilotage de nacelles. Elles interviennent, par exemple, au-dessus de zones explosives. Les salariés doivent alors avoir une vigilance égale à 100%. L’erreur n’est pas permise ! ».

isonor

Une politique d’ensemble pour l’entreprise

Cette séance de sensibilisation entre dans une approche globale. « J’ai décidé d’aborder les addictions dans leur ensemble, et pas seulement l’alcool » nous précise David Derisoud. « Par rapport à l’alcool, nous avons revu notre règlement intérieur. L’introduction d’alcool est totalement interdite sur les lieux de travail. Il n’y pas de parole en l’air. Le but est surtout de protéger les jeunes. C’est un changement de mentalité, par rapport aux années passées. Et cela reste compliqué… Heureusement, notre médecin du travail, le docteur Marie-Pierre Rohn, nous a aidés. »

Une question de sécurité au travail

Pour le docteur Marie-Pierre Rohn, « les addictions sont un des facteurs de risque au travail, en dehors des aspects purement médicaux et sociaux. Au regard de ses chantiers, une entreprise comme ISONOR doit mener une politique très pointue en matière de prévention des risques d’accident. Arriver à aborder objectivement les conséquences de la consommation de psychotropes, c’est important. ISONOR l’a fait en permettant à son personnel d’assister à une séance de sensibilisation sur ses heures de travail. C’est d’autant plus remarquable, que c’est une entreprise de petite taille ».

« La sensibilisation ouvre des portes au dialogue »

Assistantes en santé au travail au CEDEST, Adeline Bigot et Marie-Jo Loywick ont réalisé un diaporama validé avec le docteur Marie-Pierre Rohn. Il a permis d’aborder les dangers et les risques, les modes de consommation et les effets des drogues, de l’alcool et du tabac. Pour l’alcool, un simulateur de consommation a permis de visualiser de manière ludique les effets d’une absorption. Echanges et humour furent au rendez-vous. « Nous ne sommes pas là pour juger. Nous sommes au service des salariés et des employeurs pour les informer et ouvrir des portes au dialogue. Réaliser cette séance dans nos locaux, en dehors de l’entreprise, facilite les échanges ».

(Publié dans le N°19 : Machine, mon amie) le 18/07/2012

Témoignages