Les articles du Dossier du magazine N° 29 - Risque chimique: l'air de rien, tout se respire!

Polluants atmosphériques et valeurs limites d’exposition

L’air est un bien commun que chacun respire ! Dans l’air des locaux de travail, de nombreux polluants chimiques sont émis à des taux variables selon l’activité et le processus de travail, les aléas et les incidents, les mesures de prévention collective et les conditions de ventilation ou d’aération… Ces polluants existent sous différentes formes : poussières, fibres, particules solides ou liquides, gaz ou aérosols, etc.

(Publié dans le N°29 : Risque chimique: l'air de rien, tout se respire!) le 14/01/2015

Points de vue: Toxicologues et IPRP des Services de santé au Travail

En moyenne, dans un service interentreprises de santé au travail, un médecin du travail suit 300 à 500 entreprises… Il doit aborder des questions extrêmement diverses. Pour l’épauler, plusieurs services de santé au travail ont embauché des toxicologues. Ce sont des spécialistes en toxicologie, science qui traite des substances toxiques, de leurs effets sur l’organisme et de leur identification. La plupart des services de santé au travail ont embauché des techniciens ou des ingénieurs de la filière HSE ou HQSE (Hygiène Sécurité Qualité Environnement).

(Publié dans le N°29 : Risque chimique: l'air de rien, tout se respire!) le 14/01/2015

Nouvelle règlementation : méfiance,l’amiante est encore là…

Pour un service de santé au travail, l’information des entreprises adhérentes est une priorité. Ces entreprises sont à 80 % des TPE… Dans ce contexte, STSA (Santé Travail Sambre Avesnois) a organisé, dans ses locaux, deux réunions d’information1 sur le risque amiante et les obligations des employeurs, en intervention d’entretien maintenance sur des matériaux contenant de l’amiante.

(Publié dans le N°29 : Risque chimique: l'air de rien, tout se respire!) le 09/01/2015

Emily BOUKARI: nous manipulons des milliers de produits différents

Après ses études de médecine, Emily BOUKARI décide de se spécialiser en Médecine du Travail. Mais elle ne s’arrête pas là. Le risque chimique l’intéresse… Elle embraye donc sur un Diplôme de Toxicologie Industrielle, à la Faculté de Médecine de Lille (Université de Lille II – CHRU de Lille). Les risques liés à l’emploi des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques en milieu agricole ont fait l’objet de son mémoire. Puis elle suit des formations complémentaires sur les stratégies et techniques de prélèvement atmosphérique auprès du CHU de Grenoble.

(Publié dans le N°29 : Risque chimique: l'air de rien, tout se respire!) le 14/01/2015