Les articles du Dossier du magazine N° 23 - Coeur au travail : ça palpite pour moi !

Crown Emballage

Dans le cadre d’une étude ergonomique, 15 salariés de l’entreprise CROWN Emballage ont accepté que leur fréquence cardiaque soit suivie durant tout le poste de travail. Implantée à Laon, CROWN Emballage est spécialisée dans la fabrication de fonds de boîtes de conserve alimentaire, à ouverture facile. Sur deux chaînes de fabrication, les postes de « déchaîneurs » avaient attiré l’attention, notamment pour des questions de pénibilité. L’enregistrement en continu de la fréquence cardiaque a permis d’objectiver le degré de pénibilité.

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013

Objectif : 1 000 salariés volontaires pour une étude « risque cardiovasculaire et travail » !

Dans les années à venir, la prévention, plus que le soin, permettra de réduire le nombre de morts liées à une maladie ou à un accident cardiovasculaire. C’est démontré», nous précise d’emblée le docteur Stamatis Klonaris, médecin du Travail à l’ASTAV (Association pour la Santé au Travail de l’Arrondissement de Valenciennes). Dans le cadre de son Projet Pluriannuel de Service1, l’ASTAV va lancer une étude sur les relations entre travail et risque cardiovasculaire.

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013

Un défibrillateur, c’est bien… savoir s’en servir, c’est mieux !

Depuis le décret du 4 mai 2007, des défibrillateurs automatiques externes peuvent être utilisés par quiconque, sans engager sa responsabilité en cas d’échec. Auparavant, le défibrillateur était considéré comme matériel médical. Il était seulement utilisable par un médecin. Aujourd’hui des défibrillateurs automatiques externes (DAE) sont disposés dans des lieux recevant du public.

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013

Entreprises de Picardie en Santé: éduquer pour réduire les risques cardiovasculaires

Les données régionales de Santé Publique de Picardie sont formelles : chaque année le nombre moyen de décès pour 1 000 habitants est supérieur de 16 % par rapport à la moyenne nationale pour les maladies cardiovasculaires. En tant que déterminants de santé, l’alcool, le tabac, la nutrition et l’activité physique jouent un rôle majeur. Le milieu de travail apparaît propice pour mener des actions de prévention auprès des salariés. De juillet 2008 à juillet 2011, 92 entreprises, de 20 à 200 salariés, ont ainsi participé au programme « Entreprises de Picardie en Santé ».

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013

Arrêt cardiaque au travail: « Au secours, au secours… »

En France, près de 40 000 décès par accident cardiaque surviennent en dehors de l’hôpital : dans les moyens de transports, à la maison, sur les lieux de loisirs ou les lieux de travail… Dans son entreprise, l’employeur est responsable de l’organisation des premiers secours. Au regard de la loi, Il doit prendre « après avis du médecin du travail, les mesures nécessaires pour assurer les premiers secours aux accidentés et aux malades », ainsi que la mise à disposition de « matériel de premier secours adapté à la nature des risques et facilement accessibles ».

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013

POUJAUD ALTRAD

Deux activités constituent les coeurs de métier de POUJAUD ALTRAD. D’une part, la mise à disposition de moyens d’accès. D’autre part l’isolation en secteur industriel. L’isolation thermique, ou calorifugeage, est une spécialité de l’agence de Saint-Pol-sur-Mer, au sein de laquelle travaillent 250 salariés. L’enregistrement en continu de la fréquence cardiaque permet de faire la part des choses entre la charge de travail liée aux efforts physiques et celle liée à la chaleur.

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013

Coeur au travail : Qu’en pensent les cardiologues ?

Pour ce dossier traitant du « cœur au travail », Entreprise & Santé a rencontré deux cardiologues, aux profils différents et complémentaires. Jean-Luc Lemoine est médecin du travail, depuis plus de 30 ans, à l’ASMIS, Santé au Travail de la Somme ; il est aussi diplômé de cardiologie. Thierry Jacquemart est cardiologue libéral ; il travaille également à la clinique de réhabilitation cardiaque « La Mitterie », près de Lille…

(Publié dans le N°23 : Coeur au travail : ça palpite pour moi !) le 22/07/2013